Logo

Les familles “Jaquet” d’Estavannens

Arbre généalogique de la famille Jaquet

arbre_genealogie

Cliquer dans l’arbre

_separateur

Maurice Jaquet Estavannens

(1903 - 2002)


Premier centenaire du village d’Estavannens

Agriculteur, conseiller communal durant 42 ans,
syndic durant 26 ans et député durant 20 ans.
Il est né le 4 décembre 1903
et il est entre dans sa 100ème année, le 5 décembre 2002.

 

Bien que ne présentant pas toutes les données voulues, les registres des décès d’Estavannens, de 1647 à 2002 ne font mention d’aucun centenaire jusqu’à ce jour. Maurice Jaquet pourrait donc être considéré, avec 99 % de vérité, comme la première personne d’Estavannens à atteindre cette longévité respectable.

(voir encore le reportage que le journal “La Gruyère” lui a consacré le jeudi 30 décembre 1999. No 152/1999)

 

Le samedi 7 décembre 2002, le président du gouvernement fribourgeois,
Pascal Corminboeuf, remet à Maurice Jaquet, le fauteuil de centenaire.

 

Maurice Jaquet est décédé le samedi 13 mars 2004 à l’âge de 100,3 ans.

_separateur

Estavannens connaît maintenant sa troisème centenaire,

la seconde femme, après Alice du Clos-Rouiller, sa belle-soeur.

     Justine Jaquet est centenaire depuis samedi. Lundi, elle a reçu la visite du conseiller d’Etat Jean-François Steiert accompagne d'un huissier d’Etat en habit de cérémonie et d’une délégation de la commune.
      Justine Jaquet est née le 12 août 1917, à Estavannens-Dessous dans le foyer de Charles et Madeleine Jaquet Caille. Elle est la neuvième d’une fratrie de onze enfants. Son père et paysan et secrétaire-communal sa mère est femme au foyer. Elle suit la scolarité obligatoire et l'école ménagère à Gruyères A la ferme familiale elle s'occupe des tâches ménagères en compagnie de sa mère et de ses sœurs. A cette époque, elle passe quelques semaines dans des familles à Riaz et à Vuippens comme employée de maison. Durant l’été, elle aide ses frères aux travaux du champ.  Dans les années 1960, elle est engagée comme aide de cuisine à l’Auberge des Montagnards. Elle y travaille durait six ans. A la maison, elle aime s'occuper du jardin.  Elle y plante de nombreuses variétés de fleurs.
      Au bénéfice d’une excellente santé toute sa vie elle monte parfois l’été avec sa sœur à l’alpage en dessus du village pour nourrir les cochons avant de redescendre la journée même.
      Durant son temps libre, elle chante plusieurs fois par semaine avec un groupe de villageois qui se réunit à I’école. Le dimanche après-midi, celui-ci se donne rendez-vous à la laiterie avant d'entonner des airs de la région. Depuis 1971, elle se réunit avec deux amies pour tricoter, son passe-temps favori. Elles ont ainsi confectionné des milliers de couvertures pour la Croix-Rouge.
      En 2014, Justine Jaquet entre au Home de l’Intyamon, après un  séjour hospitalier. Elle y coule des jours heureux. Toujours adroite de ses mains, elle continue de tricoter.

 La Gruyère lui souhaite un excellent anniversaire et lui adresse tous ses vœux.

Photo “La Liberté”
du 16 août 2017


Texte de “La Gruyère”
du 16 août 2017

 

Alice Jaquet, du Clos-Rouiller
la 3ème centenaire

clique-ici-gif-020
Justine a 100 ans
_separateur


Et... tant qu’on y est...

Estavannens connaît maintenant sa quatrième centenaire

Marie Madeleine Jaquet, soeur de Phonet, à Genève, a fêté son centenaire le 15 septembre 2017

Pour voir sa généalogie, cliquez sur le lien ci-dessous
 

clique-ici-gif-020

 

_separateur

Xavier Jaquet Estavannens  (1909 - 1990)

 

Il fut carillonneur, sonneur et remonteur d'horloge durant près de 50 ans:
Il a été fêté par la communauté d'Estavannens le 30 mars 1978.
Il était rétribué à raison de fr. 100.- par an.
Il a encore fonctionné une dizaine d'années, jusqu'à la reprise de la fonction
 par son petit-fils Thierry Jaquet.

 

Xavier Jaquet

Ecouter le carillon en cliquant sur le lien ci-dessous
http://www.youtube.com/watch?v=xT6_3Tc2z7E

 

_separateur

Les souvenirs d’un gruérien  (1822-1871)

Cliquer sur le livre de votre choix

 

 

clique-ici-gif-020
clique-ici-gif-020


Première partie : 1822 - 1857 (50 pages)

 

Seconde partie : 1857 - 1860 (45 pages)


Cliquer sur son portrait pour découvrir son testament

L’original, 5 pages manuscrites, se trouve au Clos-Rouiller et une copie est disponible chez Jean Pharisa, à Bulle


Une forte tête :

Joseph Jaquet (1822 - 1900) notaire et avocat, conseiller national et président du tribunal de la Gruyère

Il a écrit “Les “Souvenirs d’un gruyérien” en 4 volumes
La retranscription par Jean Pharisa du volume 1 contient :

Les années 1822 à 1857 (voir plus haut)

la  vie à Paris de 1822 à 1830, retour à Estavannens en 1830, les écoles militaires, une excursion en Valais,
la guerre du Sonderbund, greffier au tribunal de la Gruyère, les élections de 1847 et les insurrections de 1848,
les chemins de l’exil : en Italie, en Autriche et en Allemagne, le retour en Suisse, l’assemblée de Posieux,
l’arrestation, les guets-à-pens, l’imposition des insurgés de 1848.

Les années 1857 à 1860 (voir plus haut)

pétition des insurgés au grand conseil, les élections de 1853, bagarres entre radicaux et conservateurs,
plainte des conservateurs aux chambres fédérales et au conseil fédéral, études de droit,  carrière militaire, internement des “bourbakis”,
mariage et voyage de noces, les élections de 1856 avec la victoire conservatrice, personnages guériens importants,
la transformation politique, notaire et avocat et nouvelles études à Berlin en 1860.
 

_separateur

Article paru dans le journal “La Gruyère” le mardi 8 juillet 2013
(cliquer dans l’image)

La Gruyère - Les Jaquet
_separateur

 

 

Jean Joseph Jaquet, curé de Neirivue durant 52 ans

clique-ici-gif-020

clique-ici-gif-020

son testament

sa fiche généalogique

 

 

_separateur

Famille de Grolley, Genève, Veyrier, Lausanne, Arzier, Morges et Estavannens

 

“de gueules à un besant d’oraccompagné de trois fleurs de lys du même”

Etymologie

Nom de famille, dérivé de Jaques ou de Jacques, très répandu dans la Suisse romande. Jaquet / Jacquet est un diminutif du nom de baptême Jacques (de l'hébreu Jaacob "qui tient le talon, qui supplante").

Autres graphies : Jacquet, Jacquier.

Bourgeoisies

a)   JAQUET, JACQUET: Prévondavaux (ca 1836/1870), Lausanne (1956),  Yverdon (1956).

b)   JACQUET, JAQUET: Villarvolard, Zurich (1951).

c)   JACQUET, JAQUET: Avry-sur-Matran (1882), Corsier GE (1957),  Rossinière (1961).

d)   JAQUET: Genève, Granges-de-Vesin (1853), Lausanne (1956), Yverdon (1956).

e)   JAQUET: Fuyens.

f)    JAQUET: Grolley, Genève (1943), Veyrier (1954), Lausanne (1956), Arzier (1959), Morges (1957).

f)   JAQUET: Vuadens (XIXe), Montreux (1959), Roche VD (1956).

g)   JAQUET (divers): Estavannens, Les Glânes, Massonnens, Ménières, Le Saulgy, Villarbeney, Sévaz (+), Vesin (XIXe), Billens (1867),
       Carouge GE (1921), Lausanne (1959),

HISTOIRE

Joseph JAQUET, heimatlos vivant dans le canton de Fribourg; et Marie Catherine BONGARD, o 1804, + 1853, fille de Joseph BONGARD;

D'où:

Joseph Cyprien JAQUET alias JACQUET, de Prévondavaux, °Prévon- davaux 09.05.1836, charpentier;  x ca 1860 Marguerite DELLEY alias DELLEZ, o 18.05.1837, d'où au moins:

1. Jules, né le 10.09.1863, charpentier
2. Emile, né le 17.07.1867
3. Auguste, né le 12.09.1869
4. Joseph Julien, né le 01.06.1870 et décédé le 07.09.1874
5. Philomène, née le 21.06.1872
6. Mélanie, née le 25.12.1875
7. Xavier, né le 29.04.1878

A la bataille de Morat en 1476, on trouvait les stabadins (hab. d’Estavannens) suivants parmi les "gens à pied" : Rolet et Johannet Soudan, Thomas Rabbod, Claude Cutry, Antoine Farisaz, Jehan Villiet, Nicod Darses et un certain Jeahan Sallagnon qui portait le surnom de "JAQUET". Au XVè et au XVIè siècle, elle porta indifféremment les noms de Jaquet, de Sallagnon ou de Sallagnion

Le 7 juin 1676, Jean Jaquet, fils de Pierre, de Ferlens, est reçu aux Glânes (AEF - RN 339 folio 68 vo)

En 1754, Pierre Jaquet fait un don à la paroisse d'Estavannens d’un encensoir d’argent pesant 76,75 loths et François Jaquet offre une lampe de 16 écus et paye les bancs d’église pour les hommes.

En 1819, Antoine Jaquet (55 ans), de Chavannes-les-Forts et Antoine Jaquet (18 ans), de Gruyères décident de partir s'installer dans la colonie suisse de Nova Friburgo au Brésil (in: La Genèse de Nova Friburgo, de M. Nicoulin). Le premier décèdera le 8 juin 1820 à Nova Friburgo et le second à Canullus Den Helder (Pays-Bas) le 4 octobre 1819 juste avant de s'embarquer pour l'Amérique du Sud.

Le 17 janvier 1843, Joseph, Nicolas et Charles Jaquet ainsi qu’un autre compagnon du village furent engloutis dans une avalanche sur les hauts d’Estavannens. Joseph (1822-1900) fut sauvé miraculeusement. Joseph était le propriétaire de l’actuelle “grange du président” : voir sous “Personnages”.

Le mercredi 28 novembre 1990, les familles de Benoît et Béat Jaquet, d'Estavannens, s’envolent pour le Canada. Ils vont exploiter une ferme québécoise. En mémoire des “ Comballes ”, leur ferme stabadine qu’ils abandonnent, ils baptisent leur nouveau domicile : Ferme des Comballes. Elle est située à Saint-Ignace de Standbridge JOJIYO(Québec).

En avril 1995, leur frère Conrad Jaquet quitte aussi le village d’Estavannens. Sa famille va s’établir sur un domaine voisin, à

Martinville JOB2AO(Québec).
Téléphone & Fax : (819) 837 1201
Adresse-courriel  :
c.jaquet@hotmail.com

Personnages

Francis Jacquet (1882-1919), né à Genève. Curé de St-Paul à Genève.

Jean Jaquet (1806-1891), °à Estavannens. Curé-doyen de Neirivue (1839-1891).

Joseph Jaquet, °à Estavannens 14.08.1822, +à Echarlens 03.08.1900, notaire, président du tribunal de la Gruyère (1857-67), député au Grand Conseil (1861), au Conseil des Etats (1868-72), au Conseil National (872-84), conseiller d'Etat (1872-74). Il prit par comme officier à la campagne du Sonderbund. Entre 1822 et 1878, a publié :"Les souvenirs d'un Gruyérien" (orthographe selon Joseph Jaquet), en 4 volumes. (voir sous “Archives / Historique d’Estavannens”)

Léon, ° en 1826, + en 1915, syndic d'Estavannens (1878-95), député au Grand Conseil (1886-96), juge de paix de Gruyères (1896-1915).

I    Jacques Nicolas JAQUET, d'Estavannens;
      x av. 1825 Marie Anne MAGNE, d'où au moins:

1.  Antide qui suit II
2.  Joseph Balthazar qui suit II bis
3.   Philippe,  ° le 19.11.1836

II    Antide Jean Jacques Jaquet, d'Estavannens, o 01.06.1825   + 13.03.1895

x 1°)   Marie Marguerite Murith, o 06.07.1829, + 12.10.1870;
x 2°)   Marie Marguerite Romaine Bussard, ° 21.04.1844, + 16.01.1874;
x 3°)   1875 Marie Joséphine Gremion,  °28.03.1850    + 06.06.1913;

Du premier mariage le 23.04.1855 avec Marie Marguerite Zaïra Murith

1.   Jean Placidie Jaquet, né le 31.11.1856
2.   Marie Félicite Jaquet, née le 22.12.1864

Du second mariage le 12 août 1872 = pas d’enfant

Du troisième mariage le 26.04.1875 avec Marie Joséphine Gremion

3.   Célestine Eugénie,  ° le 10.01.1876  + le 03.12.1905
4.   Louis Placidie,  ° le 16.08.1880   + le  30.11.1946; 
      d’où 3 filles et 4 fils

5.   Albert Alexis,  ° le 31.08.1882 + le 09.10.1924; SP
6.   Emile Alfred Jaquet  ° le 01.09.185   + le 19.08.1955;
      x Félicie Euphrasine  Barbey, de Botterens,
         fille de Rosalie Magnin-Barbey 
      ° le 09.05.1885, 
      + le  28.10.1921

II bis Joseph Balthazar JAQUET, d'Estavannens, ° le 11.01.1829, + le  11.01.1892, culitvateur; y x 09.11.1863 Marie Philomène PASQUIER, de Le Pâquier, y ° le 31.07.1841, fille de Charles-Emmanuel PASQUIER et Marie Anne MORAND.

D'où au moins:

III Léon Alexis JAQUET, d'Estavannens, y ° le 21.07.1871, + à Braucourt (F) le  03.12.1938, culitvateur, émigré en France; x à Braucourt le 12.07.1898 , d'où au moins:

IV Louis JAQUET, d'Estavannens, ° à Braucourt (F) le 12.05.1899, y + le 30.04.1961, culivateur; x à Champaubert (F)  le 04.01.1927
D'où au moins:

1.   Thérèse JAQUET, d’Estavannens;  x  N... ZEGRE-SAUVIN. Vivant en 1990 à St-Germain-Les-Arpajon  (F.91).

Généalogie existante

Famille Jaquet, d’Estavannens (voir sous) :

http://gw2.geneanet.org/index.php3?b=jeanpharisa&m=NG&lang=fr&pz=jean+emile&nz=pharisa&ocz=0&n=Jaquet&t=N&x=0&y=0

a) JAQUET, de Grolley:

Pierre-Edouard Jaquet, en religion Dominique,o Grolley 13.10.1843, ordonné prêtre en 1866, curé du Cerneux-Péquignot de 1867 à 1870, professeur au collège St-Michel de 1870 à 1882. Il entra dans l'ordre des cordeliers en 1822, devint secrétaire et assistant provincial de 1889 à 1890, professeur de littérature chrétienne à l'université de Fribourg de 1889 à 1895 et de 1904 à 1907. Gardien du couvent des cordeliers de Fribourg de 1891 à 1895, évêque de Jassy (Roumanie) de 1895 à 1903, où il contribua grandement à l'amélioration de la situation religieuse de son diocèse. Archevêque titulaire de Salamine (Grèce) en 1903. Il rentra à Fribourg pour reprendre son enseignement : professeur d'histoire de l'Eglise et de Belles-Lettres au séminaire international des Pères cordeliers à Rome (1907-1924). Postulateur des causes de canonisations et de béatifications de l'Ordre des cordeliers à Rome. Commandeur de l'ordre la Couronne en Roumanie, collaborateur à plusieurs journaux et revues; auteur entre autres de : Méthode d'enseignement du grec et du latin, de Méthode d'enseignement du catéchisme, de L'indépendance du pape d'après les données de l'histoire, d'Histoire de l'Eglise (en latin) en 2 volumes. Mgr Jaquet écartèle les armoiries de sa famille avec celle des cordeliers de Fribourg.

b) JAQUET, de Fuyens:

Firmin, o Grenilles 22.12.1858, instituteur et botaniste, a fait plusieurs voyages d'étude dans les Alpes occidentales, sur le littoral méditerranéen, dans les Pyrénées et en Corse. Son nom a été donné à une demi-douzaine de plantes. Fr. honoris causa de l'université de Fribourg en 1921. Auteur du catalogue de la flore fribourgeoise et de plusieurs Contributions à l'étude de la flore fribourgeoise parues dans le bulletin de la Société nationale 1899-1925, et de Nos plantes méridionales, dans le Bulletin pédagogique (1909). La Liberté No 183 de 1922.

Page réalisée le 16.04.1999
par B. de Diesbach Belleroche, Henrique Bon et Jean Pharisa (Bulle) le 9 octobre 2001

Haut de la page